×

Select global Site Language
Deutschland & Global Deutsch | English | Español | Français
UK English
USA English
中华人民共和国China 中國 | English
South Africa English
France Français
India English
América Latina Español
Middle East English
Produits notés
Contact
Vous avez des questions ? Volontiers !
Toiles tissées pour l’industrie:
industrialmesh@gkd.de

Bandes de process:
processbelts@gkd.de

Mailles pour l'architecture:
metalfabrics@gkd.de

Ou bien utilisez notre:
formulaire de contact

Études de cas

HASC : sécurité au travail et soins aigus au plus haut niveau

La sécurité revêt à Pasadena, une banlieue de Houston, au Texas, une importance particulière : en tant que haut-lieu de l’industrie pétrolière américaine et légendaire centre spatial de la NASA, la région est connue pour ses conditions de travail particulièrement dangereuses et propices aux accidents. C’est pour cette raison que le Houston Area Safety Council (HASC), un organisme à but non lucratif dédié à la formation en sécurité, a été créé dès 1990 sur l’initiative de l’industrie locale. L’objectif de cette mesure était de sensibiliser la main-d’œuvre aux risques, en vue d’éviter des accidents du travail. 25 ans plus tard, cette idée a abouti à un centre de formation et de la sécurité du travail, assumant une fonction de leader mondial et assurant chaque jour la formation de plus de 1 500 personnes. La construction d’une clinique spécialisée dans la médecine du travail et prodiguant des soins aigus a constitué une nouvelle étape déterminante dans la stratégie de prise en charge globale de l’HASC. C’est son entrée principale semi-circulaire qui confère un aspect caractéristique au projet de clinique du cabinet d’architectes Kirksey. GKD-USA a réalisé le parapet de 100 mètres carrés en maille inox semi-transparente de type Omega 1510 de GKD – GEBR. KUFFERATH AG grâce à une nouvelle forme de gravure. Le résultat est une vue panoramique s’apparentant à une découpe aux ciseaux, qui reflète la région économique dynamique et le quotidien du travail de ceux qui y vivent.

À Houston, la production de pétrole et de gaz remonte déjà à plus d’un siècle. La région a cependant connu un véritable essor grâce à l’extraction d’huile et de gaz de schiste par fracking. Actuellement, un tiers du pétrole américain provient du Texas. Le centre spatial de Houston, avec son centre de contrôle de mission célèbre dans le monde entier depuis les alunissages Apollo, joue également un rôle prédominant pour le développement de la ville. Il continue d’assurer la surveillance de vols spatiaux et de former des astronautes du monde entier pour les futures missions spatiales. La silhouette de la ville est marquée par les immenses installations de production de l’industrie pétrolière, gazière et alimentaire, les installations de recherche ainsi que les innombrables bâtiments des industries de sous-traitance ainsi que des secteurs du bâtiment et des services. L’arrivée massive de main-d’œuvre à la suite de l’essor pétrolier s’est traduite par une énorme croissance de la ville, qui est actuellement, avec 2,3 millions d’habitants, la quatrième ville des États-Unis – derrière New York, Los Angeles et Chicago. Le nouveau campus du Houston Area Safety Council a été réalisé en trois tranches à partir de 2009 à Pasadena, banlieue située à 15 kilomètres de Houston. Un grand terrain de 34 hectares y avait été acheté juste un an avant. La planification du projet global a été confiée au cabinet d’architecture local Kirksey, spécialisé dans la construction industrielle sophistiquée et notamment dans les « Green Buildings ». Le campus a été conçu comme complexe centralisé, regroupant la sélection, la formation et le perfectionnement du personnel, l’analyse des antécédents, la sécurité du poste de travail et du site, ainsi que les services de santé et de prévention de la médecine du travail. La première tranche a porté sur la construction du centre de formation de 6 300 mètres carrés, avec douze salles de classe, un auditorium pouvant accueillir 220 personnes, des laboratoires informatiques comptant 650 postes de travail, diverses salles de réunion et espaces communs, ainsi qu’un parking pour 1 000 véhicules. Ce nouveau quartier général de l’HASC a été inauguré en 2013. Tout juste un an après, le campus a mis en service deux autres surfaces de 2700 mètres carrés chacune : des fournisseurs d’outillage et d’équipements techniques ainsi qu’un centre de formation pratique complètent désormais l’offre. La construction d’une clinique spécialisée dans la médecine du travail, proposant des soins aigus, d’une superficie de 1 580 mètres carrés, a constitué la troisième et jusqu’à présent dernière tranche de construction. En six ans, un campus à la pointe du progrès doté des équipements de formation les plus modernes a ainsi vu le jour. Il permet de réaliser quotidiennement 1 500 formations pratiques et sur ordinateur – soit plus d’un million d’unités par an. Pour répondre à ces besoins, tous les bâtiments ont été équipés selon les connaissances techniques les plus récentes en la matière. Ils définissent également des critères aux plans écologique et énergétique et sont tous certifiés selon LEED.

Une visualisation évidente
Le projet du centre de médecine du travail (Occupational Health Center) de l’HASC était également ambitieux. Des fenêtres allant jusqu’au plafond créent dans la clinique des salles claires et conviviales, dont l’ambiance accueillante est soulignée par un concept de couleurs intérieures harmonisées avec soin. Le défi majeur des concepteurs a été d’allier cette atmosphère claire de bien-être et la robustesse requise pour résister à l’utilisation quotidienne, en tenant compte des lourdes chaussures et des vêtements de travail sales des patients. Un hall d’entrée semi-circulaire entièrement vitré souligne le caractère accueillant du bâtiment. Son avant-toit soutenu par des piliers porte le nom de la clinique et sert simultanément de scène à une balustrade de toit en maille inox, épousant la forme semi-circulaire du bâtiment. La texture scintillante allie l’esthétique technique et un grand nombre de caractéristiques de performances fonctionnelles. Ainsi, la maille assure une protection thermique efficace pour les fenêtres en retrait de l’étage supérieur. Elle offre simultanément une vue dégagée sur les espaces verts magnifiquement agencés du campus. En dépit de son apparence filigranée, elle résiste efficacement aux ouragans, fréquents dans la région. Requérant un minimum de maintenance, résistante et pratiquement recyclable intégralement en fin de vie, elle contribue à la durabilité conforme à la norme LEED du bâtiment. L’impulsion décisive pour le choix de cette maille par les architectes a toutefois été la conception spécifique de la maille, permettant de réaliser une image par gravure. Leur projet envisageait une balustrade ornée de motifs, créant un visage identitaire pour la clinique et visualisant la vie active de la région et donc l’objectif de l’HASC. Le motif conçu par Kirksey représente la ligne d’horizon de Houston avec ses gratte-ciels, ses tours de forage, ses cheminées et grues avec les personnes qui y travaillent. Cette perspective multidimensionnelle, s’apparentant à une découpe aux ciseaux, a été appliquée sur la maille inox à l’aide d’un procédé de gravure spécialement mis au point par GKD-USA. La surface lisse et la structure relativement dense de la maille Omega constituent des atouts appréciables. GKD a modifié la surface métallique avec un agent de sablage pour pouvoir réaliser les contours précis du dessin, très filigrané en certains endroits. Normalement, toutes les surfaces qui ne doivent pas être modifiées sont, dans le cas de la gravure, soigneusement masquées. La complexité du motif retenu par le cabinet d’architecture Kirksey a toutefois confronté les spécialistes de la maille d’inox au défi de réaliser plusieurs plans de visualisation pour donner à l’image la profondeur de champ souhaitée. À la différence d’une peinture, la gravure ne permet pas de représenter dimensions, perspective et profondeur en faisant appel à la couleur. C’est pourquoi GKD a mis au point un procédé permettant de réaliser le motif par sablage, avec le niveau de détail et l’effet spatial exigés. Le résultat est une vue panoramique illustrant les activités de la région, d’une surface totale de 100 mètres carrés, constituée de sept panneaux de 3,4 x 4,3 mètres chacun, qui semblent ne faire qu’une seule pièce. Ce monde d’images résiste durablement aux intempéries et aux UV sans nécessiter de traitement de surface supplémentaire. Les motifs semblent opaques ou transparents selon l’incidence lumineuse et l’angle d’observation. En nocturne, des projecteurs recréent par des accents de lumière ciblés l’atmosphère d’un théâtre d’ombres.

Autres sujets

×

Veuillez vous connecter pour voir des contenus supplémentaires

Si vous n'avez pas encore d'accès au GKD-InfoCenter, veuillez ouvrir un compte utilisateur. En raison du nouveau site Internet, nous prions les clients ayant déjà un compte de se réinscrire ici.

S'inscrire
Vous avez oublié votre mot de passe ?